Les travaux de l’atelier de préparation du processus d’adhésion de la Mauritanie à la Convention de Budapest sur la Cybercriminalité, organisé par le ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et des technologies de l’information et de la communication en collaboration avec l’Union Européenne, ont débuté lundi matin à Nouakchott.

La rencontre de trois jours a pour objectif de développer et de renforcer la législation nationale pays en matière de cybercriminalité et des preuves électroniques, de tirer profit de cette convention, en respectant les droits de l’homme et l’état de droit, et de procéder à une évaluation des besoins du pays en matière de renforcement des capacités de lutte contre la cybercriminalité et d’utilisation appropriée des preuves électroniques.
S’exprimant à cette occasion, le ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Dr Sidi Ould Salem a souligné qu’avec le développement de l’usage des technologies de l’information et de la communication et leur contribution dans divers aspects de la vie, les systèmes d’information sont de plus en plus des cibles délibérées d’attaques malveillantes.
Il a par la suite indiqué que la criminalité informatique a rapidement augmenté en nombre et en complexité nécessitant ainsi des mesures correctives efficaces pour relever ce défi, précisant qu’elle exige que les stratégies et les politiques soient adaptées à cette réalité.
Le ministre a expliqué que le gouvernement de l’ingénieur Mohamed Salem Ould Bechir, sous les directives de Son Excellence le Président de la République Mohamed Ould Abdel Aziz, travaille pour la mise en place d’une stratégie nationale de cybersécurité permettant de définir les mesures à suivre pour protéger les infrastructures vitales du pays contre la cybercriminalité.
Pour sa part, le responsable du projet, M. Manuel Almeida Pereira, a souligné l’importance de cet atelier, car il contribuera à une meilleure compréhension des lois relatives à la cybercriminalité, indiquant que ses résultats aideront à atteindre les objectifs fixés.
La cérémonie d’ouverture de l’atelier s’est déroulée en présence des responsables du département de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et des technologies de l’information et de la communication et des représentants de l’Union Européenne et du Conseil de l’Europe.